Bryn Mawr Classical Review

Bryn Mawr Classical Review 2012.05.12

Domingo F. Sanz (ed.), Eneas Silvio Piccolomini (papa Pío II): Descripción de Asia. Nueva Roma, 34.   Madrid:  Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2010.  Pp. 546.  ISBN 9788400092436.  €39.00 (pb).  



Reviewed by Christine Gadrat-Ouerfelli, LA3M (CNRS, Aix-en-Provence) (christine.gadrat@gmail.com)

Preview

Eneas Silvio Piccolimini composa de nombreuses œuvres, dans des domaines variés, allant des poèmes d’amour aux traités conciliaristes, et laissa une abondante correspondance. Devenu le pape Pie II en 1458, c’est pendant son pontificat qu’il écrivit, probablement à la fin de l’année 1461, le De Asia. Cet ouvrage s’inscrit dans le contexte politique de l’avancée des conquêtes turques et des menaces qui suivirent la prise de Constantinople. Il est postérieur de quelques années à un De Europa, du même auteur. Les deux œuvres ont été réunies par leur éditeur du XVIe siècle, Geoffroy Tory, sous le titre de Cosmographia, sous lequel elles sont encore souvent désignées. Le De Asia se veut une synthèse, non seulement géographique, mais aussi largement historique et ethnographique, des connaissances sur l’Asie, fondée en grande partie sur les œuvres de deux auteurs grecs antiques récemment traduits en latin, la Géographie de Ptolémée et celle de Strabon. Cette œuvre est néanmoins ancrée dans son temps, d’une part en raison de son contexte, mais aussi grâce à de nombreuses références à des événements contemporains, notamment tout ce qui touche les conquêtes turques, mais aussi Chypre.

Ce livre est la publication d’une thèse de doctorat soutenue en 2005 à l’Université de Séville, au département de Philologie classique. Auparavant, l’auteur avait publié l’édition et la traduction de la fameuse lettre de Pie II à Mehmet II (Enea Silvio Piccolomini, Epistola a Mehmet II, Madrid: Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2003).

L’édition est faite sur la base de dix manuscrits – l’auteur indique avoir connaissance de deux autres exemplaires, auxquels il n’a pu avoir accès – et de l’édition incunable de 1477 à Venise. Le meilleur manuscrit est le Vatican, BAV, Chigi I VII 247, dont le texte fut révisé par Agostino Patrizi Piccolomini, le propre secrétaire de Pie II. Il a donc été choisi comme base, y compris pour l’orthographe, les leçons des autres manuscrits étant indiquées dans l’apparat critique. L’édition critique de ce texte est présentée par l’auteur comme la « finalidad » de son travail. Aussi ne faut-il pas attendre une analyse détaillée ou un commentaire approfondi du contenu du texte. Les notes attachées à la traduction ont pour seul but d’identifier les personnes, les lieux et les faits mentionnés.

Dans l’introduction, l’étude des sources s’accompagne d’une analyse de la façon dont celles-ci sont traitées par Pie II. Il est intéressant en particulier de noter que l’humaniste connaît les deux traductions de Strabon (par Guarin de Vérone et Grégoire Tifernas), qu’il les compare parfois, et réfléchit aux éventuelles erreurs commises par les traducteurs. D. F. Sanz a également cherché à identifier les manuscrits contenant les sources ayant pu appartenir à Pie II, domaine où il est difficile d’avoir des certitudes.

Si l’essentiel de l’introduction est de bonne tenue – c’est le cas de tout ce qui touche à l’établissement du texte et aux sources –, il faut cependant laisser de côté certains commentaires développés dans les premières pages, en particulier le premier paragraphe, qui présentent une vision trop antithétique d’un Moyen Âge où la géographie ne serait que « terrores y supersticiones » (p. 14) et d’une Renaissance qui pourrait enfin cartographier l’Asie de façon rigoureuse, grâce à la redécouverte des œuvres de Strabon et de Ptolémée. Les humanistes tels que Pie II et les intellectuels de son époque auraient délaissés les récits des voyageurs et les œuvres des géographes des XIIIe et XIVe siècle (p. 27) pour ne s’intéresser qu’aux œuvres antiques, censées plus fiables (p. 15). Cette vision trop progressiste est facilement contredite par les faits dont les textes et les documents apportent le témoignage. L’éditeur reconnaît lui-même que, malgré la prépondérance donnée par Pie II à Ptolémée et à Strabon, recours est également fait à des auteurs moins classiques, tels que Solin ou Isidore de Séville, ou à des témoignages contemporains, comme ceux de Niccolò de’ Conti ou de Jacopo Campora.

Les pages contenant l’édition et la traduction, placées en vis-à-vis, sont très denses, avec des marges réduites. Cela ne rend pas la lecture confortable, même s’il est vrai qu’une présentation plus aérée aurait sans doute excessivement grossi le livre, qui compte déjà 546 pages. De plus, la densité du texte varie d’une page à l’autre, en raison de hauteurs d’interlignes changeantes ; cela peut se comprendre pour la traduction, qu’il convient de faire coincider autant que possible avec l’édition, mais on le constate aussi d’une page à l’autre de l’édition-même, ce qui ne paraît pas justifié (comparer, par exemple, les p. 108 et 110). De la même façon, on peut regretter le rejet des apparats (variantes et sources) après le texte. Les notes sur la traduction, en général succinctes, auraient pu elles aussi trouver leur place sous la traduction. Cette réserve s’adresse naturellement davantage à l’éditeur, probablement responsable de ce format, qu’à l’auteur. La carte qui se trouve en p. 96 – une reproduction de celle de l’édition Loeb de Strabon – n’est malheureusement, en raison de sa réduction qui la rend pratiquement illisible, d’aucune utilité. Tout juste a-t- elle un caractère antiquaire (les pliures et les ombres de la carte originale se voient particulièrement bien !), mais qui n’apporte rien à la compréhension du texte de Pie II.

Quelques fautes ou erreurs sont à signaler çà et là, dont voici quelques exemples : ce n’est pas au XIVe, mais au XVe siècle que Gémiste Pléton et Bessarion ont commenté les géographes antiques (p. 16, n. 8). L’évêque de Caffa est nommé Jacobo Canfora p. 36 et Jacobo Campora p. 499, n. 183 (les deux orthographes sont acceptables, mais il aurait fallu harmoniser). Par ailleurs, il n’en est pas fait mention en 74.80-82 (qui n’existe d’ailleurs pas), mais en 74.17.

Une récente édition de cette même œuvre a paru seulement six ans plus tôt (Enea Silvio Piccolomini, papa Pio II, Asia, éd. Nicola Casella, Bellinzona, Casagrande, 2004).1 Qu’apporte l’édition de Domingo F. Sanz par rapport à la précédente ? La différence la plus importante, du point de vue de l’édition critique, est la prise en compte de (presque) tous les témoins manuscrits, alors que l’édition de N. Casella ne repose que sur un seul manuscrit. Cet avantage est toutefois minoré par le fait que le manuscrit pris en compte par ce dernier est aussi celui qui est considéré comme le meilleur par D. F. Sanz et qu’il a choisi comme base de son édition. D’autres apports supplémentaires peuvent néanmoins être signalés. Le travail sur les sources, en particulier, est plus approfondi dans l’introduction de l’édition la plus récente. Enfin, l’auteur propose aussi une traduction dans une langue moderne, en l’occurrence l’espagnol, qui permet l’accès d’un public plus large au texte.2

Ces jugements peuvent apparaître sévères, aussi me faut-il souligner, pour conclure, la qualité de l’édition critique. Une meilleure présentation en aurait rendu la lecture plus agréable. Mais désormais le chercheur dispose d’un texte solidement établi pour une des œuvres les plus marquantes de la géographie de la fin du Moyen Âge.


Notes:


1.   Elle n’a apparemment pas été recensée par Bryn Mawr Classical Review.
2.   N’ayant pas de compétences en espagnol, je m’abstiens de tout jugement sur la qualité de la traduction.

Comment on this review in the BMCR blog
Read Latest
Index for 2012
Change Greek Display
Archives
Books Available for Review
BMCR Home
Bryn Mawr Classical Commentaries

BMCR, Bryn Mawr College, 101 N. Merion Ave., Bryn Mawr, PA 19010
HTML generated at 21:40:04, Monday, 07 May 2012