Bryn Mawr Classical Review

Bryn Mawr Classical Review 2011.06.06

Peter Riedlberger (ed.), Philologischer, historischer und liturgischer Kommentar zum 8. Buch der Johannis des Goripp nebst kritischer Edition und Übersetzung.   Groningen:  Egbert Forsten, 2010.  Pp. 503.  ISBN 9789069801575.  €85.00.  



Reviewed by Benjamin Goldlust, Université Lyon 3 (bg.goldlust@gmail.com)

La Johannide de Corippe fut chantée en l’honneur du magister militum Jean Troglita, chargé par Justinien de mater les insurrections berbères et de pacifier l’Afrique entre 546 et 548. Cette œuvre, qui fut probablement récitée par son auteur devant des notables de Carthage, vers 550, a été majoritairement classée dans la catégorie des épopées à sujet historique et, plus précisément, dans la sous-catégorie des « commentaires », épopées de taille moyenne n’embrassant, comme la Pharsale de Lucain, qu’un laps de temps limité et faisant preuve d’un esprit partisan. Sur la vie de Corippe – ou bien de Gorippe, si l’on suit P. Riedlberger, qui prétend ici redonner son véritable nom à l’auteur de la Johannide –, nous ne savons que peu de choses, si ce n’est qu’il a sans doute exercé les fonctions de grammaticus. Son épopée nous indique également que le poète composa pour gagner sa vie, à la demande des grands, et qu’il chanta la geste de Jean Troglita pour la plus grande gloire de l’empire et de l’empereur Justinien. Cette épopée manifeste d’ailleurs une certaine proximité, du point de vue fonctionnel, avec le grand genre politique qu’est alors le panégyrique, Corippe ayant lui-même composé un Éloge de l’Empereur Justin II, bien que les marques d’une épicité délibérée soient manifestes dans l’œuvre, en dépit de l’évolution tardive du genre.

Si l’on envisage de dresser un état de la question, l’on constate que l’épopée de Corippe a été finalement assez peu étudiée. Pour ne prendre que l’exemple de la France, la Johannide n’y avait pratiquement pas retenu l’intérêt des savants avant que V. Zarini n’y consacre un nombre important de travaux fondateurs à partir de 1986 (de très nombreux articles, une édition du livre 2 et une monographie de synthèse sur l’écriture de l’œuvre.1) Du point de vue du texte, la dernière édition en date de l’ensemble de l’œuvre est celle de J. Diggle et F.R.D. Goodyear.2 On ne peut s’y reporter sans émettre un certain nombre de réserves. Mais, depuis sa parution, des éditions commentées ont été procurées, pour le livre 1 par M.A. Vinchesi,3 pour le livre 2, donc, par V. Zarini (1997),4 pour le livre 3 par Ch.O. Tommasi Moreschini.5 En outre, le projet d’édition de la Johannide dans la Collection des Universités de France est actuellement en cours, sous la direction de V. Zarini.

Face au nombre assez restreint de travaux sur cette épopée, malgré leur très grande valeur, les spécialistes de l’Antiquité tardive ne peuvent que se réjouir de la publication de cette édition commentée du livre 8 qui, autant le dire d’emblée, se distingue par une réelle solidité. P. Riedlberger affiche ici la volonté de faire partager son enthousiasme et de remettre en cause le jugement très critique qu’avait formulé Shackleton Bailey dans sa recension de l’édition Diggle-Goodyear (« nobody can reasonably be blamed for not choosing to build a commentary on one of the worst epic poems ever published »), que l’auteur cite avec beaucoup d’humour dans son avant-propos. La première qualité de ce livre est sa maniabilité et le confort de lecture qu’il offre. En plus d’une structuration en sections tout à fait rigoureuse – nous y reviendrons – l’auteur a pris le parti d’introduire dans les marges de la partie introductive des sortes de sous-titres annonçant l’objet précis de ses développements (une présentation qui rappelle celle qu’adopte J. Fontaine dans son maître livre Isidore de Séville et la culture classique dans l’Espagne wisigothique, Paris, 1959), ce qui, dans cet ouvrage touffu, permet immédiatement un balisage clair et précis de la matière.

Cette partie introductive (p. 15-105) est très riche et constitue une bonne synthèse s’appuyant sur une bibliographie parfaitement maîtrisée, qui nous semble à peu de choses près exhaustive (voir la bibliographie générale p. 457-484). Elle présente, en premier lieu, des analyses sur la tradition manuscrite de la Johannide et sur ses éditions, en rappelant naturellement que nous ne possédons plus aujourd’hui qu’un seul manuscrit, le codex Trivultianus 686, mais récapitule aussi les témoignages dont nous disposons concernant les manuscrits perdus. Puis viennent des considérations sur le contexte historique, sur la biographie et, singulièrement, sur le nom de Corippe. S’il reprend à son compte, dans le nom habituel « Flavius Cresconius Corippus », les deux premiers éléments, P. Riedlberger prétend qu’il faut corriger le troisième en « Gorippus », en s’appuyant notamment sur une notice de l’humaniste Cuspinian, ainsi que sur l’explicit du premier livre et sur l’explicit du livre 5 de l’Éloge de Justin II dans le Matritensis 10029, seul manuscrit complet de l’œuvre. La thèse de l’auteur n’est pas du tout invraisemblable et doit être prise au sérieux; néanmoins, on préfère de loin la prudence dont il fait preuve p. 33 (« die höchstwarscheinlich korrekte Namensform ») au dogmatisme de la note 86 p. 32 (« … denn Antès war der Wahrheit sehr nahe gekommen »). Suivent alors (p. 64-96) des développements plus classiques, d’inspiration littéraire et stylistique, dont on retient notamment, au-delà de la proximité liant Corippe aux classiques en générale et à Virgile en particulier, un bon passage sur l’innovation lexicale (voir, en particulier, p. 66-67, le cas, bien connu des lecteurs de la Johannide, du terme tarua, probablement d’origine berbère, utilisé en Ioh. 5, 492 et 7, 273, probablement pour faire « couleur locale »). La partie intitulée « Imitation und Variation » (p. 68-74) mériterait peut-être un appui théorique plus solide; nous pensons notamment à l’ouvrage d’A. Cizek, Imitatio et tractatio. Die literarisch-rhetorischen Grundlagen der Nachahmung in Antike und Mittelalter, Tübingen, 1994. Après un rappel sur la question délicate des rapports entre épopée et panégyrique, l’auteur s’intéresse enfin brièvement aux conditions d’énonciation à l’œuvre dans la Johannide, et au rapport qu’elle entretient avec son public, ce qui repose la question du panégyrique (voir, p. 91 sq., de bonnes analyses sur la « Propagandathese » et sur les travaux d’Al. Cameron – à propos à la fois de son livre sur Claudien et de la critique qu’il en a formulée trente ans après sa publication). La première partie s’achève sur un résumé analytique de la Johannide et sur des remarques méthodologiques (en particulier sur la façon dont l’apparat critique a été rédigé et sur la présentation retenue). Il est vrai que, comme l’auteur le note lui-même p. 105, la mise en page est très inhabituelle puisque, au lieu de grandes parties présentant successivement le texte avec la traduction, et le commentaire, l’auteur a pris le parti de distinguer vingt-huit sections et, pour chacune d’entre elles, de présenter son commentaire vers par vers en incrustant, sur un fond grisé, des morceaux de texte suivis de leur traduction et de l’apparat. Cette présentation a l’avantage d’offrir un suivi beaucoup plus précis du texte dans sa progression linéaire et de faciliter le va-et-vient entre texte et commentaire ; a contrario, le lecteur perd sans doute une vision macroscopique du livre 8, qui, du fait de cette mise en page originale, semble quelque peu éclaté. L’auteur a cependant pris le soin de proposer, en tête de certaines sections, des mises en contexte typographiquement signalées par un trait vertical gris.

L’apparat critique – et c’est sans doute sa plus grande qualité – est clair, le nombre limité d’éditions permettant à l’auteur de faire l’inventaire systématique, pour les passages problématiques, des solutions retenues par les différents éditeurs (chronologiquement Mazzuchelli, Bekker, Partsch, Petschenig et Diggle/Goodyear). S’agissant de la traduction, des sondages effectués sur des passages que nous avons nous-même eu l’occasion de traduire manifestent un très grand respect de la syntaxe et du souffle du texte latin, avec, visiblement, beaucoup de précision. Mais c’est surtout pour son commentaire, à vrai dire, à la fois philologique, historique et liturgique, que l’ouvrage de P. Riedlberger est précieux, en raison de sa solidité et de son exhaustivité. Le premier objectif que s’assigne l’auteur est l’élucidation du sens de mots et d’expressions parfois assez obscurs, et l’explicitation de constructions syntaxiques à l’occasion hardies. Le lecteur est sensible à la volonté manifeste de rendre l’œuvre lisible et aisément abordable. Là encore, la consultation du commentaire sur des points que nous avons été amenés à analyser nous-même (dans le cadre d’une étude sur l’auctorialité dans la Johannide6), nous a permis de mesurer l’ampleur et la richesse du travail accompli. Pour ne prendre que deux exemples, on ne peut que souscrire pleinement à l’analyse proposée concernant l’adresse aux traîtres des v. 56-60, débutant par l’interrogation quis furor (dont l’auteur établit finement les antécédents et les retours chez Corippe), ainsi qu’à l’analyse proposée sur les v. 527-533, parenthèse dans laquelle Corippe désigne son poème de façon auto-réflexive (carmine … meo) et réfléchit sur ses insuffisances et sur sa portée, avec de bonnes remarques sur la topique du pauca e multis (même si P. Riedlberger aurait pu davantage souligner l’importance de l’intrusion de l’auteur dans ce commentaire auctorial par lequel Corippe, en rupture avec les principes d’Aristote – certes devenus alors purement théoriques –, intervient dans son poème et le désigne ostensiblement pour le mettre perspective). Le commentaire est rédigé, dans certains cas, dans un style très elliptique, comme le permettent les lois du genre, et, dans d’autres cas, de façon beaucoup plus circonstanciée. Il est, en tout cas, absolument inenvisageable, dans les limites assignées à cette recension, de rendre compte dans le détail de l’abondance et de la finesse du commentaire proposé. Bien qu’il soit toujours possible de discuter tel ou tel point de détail, de songer à une source supplémentaire et de compléter l’approche par telle autre vue, qu’il nous suffise de dire que ce travail manifeste à la fois une très grande minutie et une science réelle qui facilite grandement – et la tâche n’est pas chose aisée! – la lecture du dernier livre de cette œuvre complexe et prise entre plusieurs âges. En dressant au fil de son commentaire la liste des emprunts effectués par Corippe, mais aussi en montrant l’usage parfois innovant qu’il en fait et en commentant la technique d’écriture mise en œuvre, sans doute P. Riedlberger est-il parvenu à faire rayonner la Johannide dans la littérature latine, tardive et classique. Cette démarche rend à Corippe un peu de ce que maints philologues lui avaient longtemps refusé. Les spécialistes du genre épique ou de la littérature tardive trouveront à l’évidence dans ce commentaire, original dans sa présentation comme, parfois, dans son contenu, un appui tout à fait solide.


Notes:


1.   V. Zarini, Rhétorique, poétique, spiritualité. La technique épique de Corippe dans la Johannide, Turnhout, 2003.
2.   J. Diggle et F.R.D. Goodyear, Flavii Cresconii Corippi Iohannidos seu De Bellis Lybicis libri VIII, Cambridge, 1970.
3.   M.A. Vinchesi, Flavii Cresconii Corippi Iohannidos liber primus. Introduzione, testo critico e commento, Naples, 1983.
4.   V. Zarini, Berbères ou barbares ? Recherches sur le livre second de la Johannide de Corippe, Nancy, 1997.
5.   Ch.O. Tommasi Moreschini, Flavii Cresconii Corippi Iohannidos liber III, Florence, 2001.
6.   B. Goldlust, « Quand le récit épique devient discours politique et manifeste poétique : les interventions auctoriales dans la Johannide de Corippe », Actes du Colloque Vox Poetae, Université Lyon 3 – Jean Moulin, Lyon, 2011, à paraître.

Comment on this review in the BMCR blog
Read Latest
Index for 2011
Change Greek Display
Archives
Books Available for Review
BMCR Home
Bryn Mawr Classical Commentaries

BMCR, Bryn Mawr College, 101 N. Merion Ave., Bryn Mawr, PA 19010
HTML generated at 09:56:04, Thursday, 02 June 2011