Bryn Mawr Classical Review

Bryn Mawr Classical Review 2011.04.35

Natascia Pellé (ed.), Corpus dei papiri storici greci e latini. Parte A. Storici greci. 1. Autori noti. Vol. 8: I frammenti delle opere di Senofonte.   Pisa/Roma:  Fabrizio Serra editore, 2010.  Pp. 221.  ISBN 9788862272766.  €80.00 (pb).  

Luisa Prandi (ed.), Corpus dei papiri storici greci e latini. Parte A. Storici greci. 2. Testi storici anepigrafi. Vol. 9: I papiri e le storie di Alessandro Magno.   Pisa/Roma:  Fabrizio Serra editore, 2010.  Pp. 95.  ISBN 9788862272377.  €95.00 (pb).  



Reviewed by Jean A. Straus, Université de Liège (jean.straus@ulg.ac.be)

Nos collègues italiens ont lancé trois projets ambitieux: le Corpus dei Papiri filosofici greci e latini (Florence, Olschki), le Corpus dei Papiri Greci di Medicina (Florence, Istituto Papirologico "G. Vitelli") et le Corpus dei Papiri storici greci e latini (Pise - Rome, F. Serra). Les deux volumes recensés font partie de ce dernier corpus.

L’ouvrage de N. Pellé comprend une nouvelle édition des onze papyrus qui conservent des passages fragmentaires des œuvres historiographiques de Xénophon. Sept contiennent des passages des Helléniques, quatre de l’Anabase. Sont exclus du recueil les treize fragments de la Cyropédie (Mertens-Pack3 1544.1-1551.2),1 œuvre tout à fait romanesque, le fragment de l’Agésilas (M.-P. 3 1541.21), œuvre apologétique et ceux de la République des Lacédémoniens (M-P. 3 1563.2) qui trouve sa place parmi les œuvres politiques. Le corpus contient donc les papyrus suivants: P.Vindob. inv. G. 257 + 24568 + 29781 = M.-P. 3 1552 (Hell. I 1, 27-28 - 2, 22-5, 8), P.Princ. III 112 = M.-P. 3 1553 (Hell. I 6, 30; 34-35; 36-37; 38; 1 7, 30; 32), P.Oxy. I 28 = M.-P.3 1554 (Hell. III 1, 3-4; 5-6; 7), P.Laur. inv. PL III/273 H = M.-P. 3 1554.01 (Hell. III 4, 21), P.Yale II 100 = M.-P. 3 1554.02 (Hell. V 4, 13-16), PSI XI 1197 + PSI Congr.XVII 8 + P.Oxy. II 226 = M.-P. 3 1555 (Hell. V 4, 42-44; 47-54; VI 1, 11-13; 3, 5-6; 5, 7-9), P.Mich. inv. 6650 + P.Köln VII 305 = M.-P. 3 1556.1 (Hell. VII 2, 9-10), PSI XI 1196 + PSI XV 1485 = M.-P. 3 1542 (Anabase VI 5, 12-15; 25-26), P.Oxy. III 463 = M.-P. 3 1543 (Anab. VI 6, 9-24), P.Oxy. IX 1181 = M.-P. 3 1544 (Anab. VII 1 40), P.Berol. inv. 11904 = M.-P. 3 1544.01 (Anab. VII 3, 3-5).

Dans l’introduction, N. Pellé illustre, sur base de l’analyse des manuscrits examinés, les apports des papyrus de l’œuvre historique de Xénophon à l’histoire du livre antique, à l’histoire de l’écriture et à la reconstruction du texte de Xénophon. Sur les onze papyrus édités, elle relève huit exemplaires de copies de bibliothèque et trois de copies circulant dans des milieux d’étude. L’Anabase et les Helléniques semblent s’être diffusées dans l’Égypte romaine et byzantine avant tout sous la forme du uolumen puisque l’on relève un seul codex de parchemin datable du IVe s. (P.Princ. III 112).

Sauf pour les papyrus conservés aux États-Unis, l’auteure s’est livrée à une autopsie des papyrus qu’elle réédite. Lorsqu’elle n’a pu voir ceux-ci, elle a utilisé des reproductions en haute définition et a demandé l’aide des conservateurs des collections concernées. L’édition du texte contient ce qui est actuellement lisible et les intégrations que l’auteure a trouvé bon de conserver ou d’introduire. La plupart sont dues aux précédents éditeurs. Le texte est précédé d’une description bibliologique et paléographique du fragment et suivie d’un apparat paléographique, d’un apparat critique et d’un apparat des codex. Dans l’apparat paléographique , N. Pellé signale les phénomènes graphiques (signes de lecture, ponctuation, accents, etc.) et orthographiques (phénomène d’iotacisme, gémination, simplification, etc.). L’apparat critique rend compte des lectures et intégrations des éditeurs précédents. L’apparat des codex met en confrontation le texte du papyrus avec celui des témoignages médiévaux, relevant les ressemblances et différences. Dans le commentaire, l’auteure a voulu s’arrêter surtout sur les aspects du texte en rapport avec la leçon du papyrus et sur son rapport avec celle des codex médiévaux. Pour ce faire, elle avait auparavant présenté la tradition manuscrite des Helléniques et de l’Anabase. Elle fait aussi quelques observations linguistiques ou stylistiques et propose de brèves annotations pour éclaircir des points du texte. Le commentaire fournit encore des indications bibliographiques en relation avec les personnages et les problèmes historiques.

L’ouvrage de L. Prandi comprend à peu de chose près les mêmes informations que celui de N. Pellé, mais présentées de manière moins systématique. En effet, elles ne sont pas rassemblées dans des chapitres ou des paragraphes distincts, mais se trouvent dans l’édition du texte. Le bilan (p. 85-95) corrige en partie ce que je n’oserais qualifier de défaut. Par ailleurs, étant donné le caractère des textes publiés, l’auteure ne pouvait en étudier la tradition manuscrite.

L. Prandi donne une nouvelle édition des quelques textes fragmentaires sur papyrus qui ont un caractère narratif et pour lesquels les éditeurs ont avancé l’hypothèse qu’ils provenaient d’œuvres historiques relatives à la personne d’Alexandre le Grand et aux événements qui le concernent. Elle exclut tout papyrus documentaire de son édition. Elle examine les papyrus littéraires qui d’une part contiennent des références certaines à Alexandre ou aux personnages qui lui sont liés et qui d’autre part sont susceptibles de considérations historiques par rapport au contenu et historiographiques par rapport au genre ou à la formulation. Ces restrictions amènent l’auteure à ne retenir que dix papyrus: P.Brit.Libr. 3085v = M.-P. 3 2197.01 (commentaire aux Éphémérides), P.Hamb. IV 130 = M.-P. 3 2196 (compte rendu de faits importants de la bataille du Granique), P.Oxy. IV 679 = M.-P. 3 2198 (extrait de Ptolémée?), P.Oxy. LVI 3823v = M.-P. 3 2196.01 (sujets de diatribe sur Alexandre), P.Cairo 49653 = M.-P. 3 2197 (récit d’opérations militaires), P.Lond. V 1815 = P.Lit.Lond. 115 = M.-P. 3 2200 (récit d’opérations militaires?), P.Oxy. LVI 3824 = M.-P. 3 2196.02 (compte rendu de présages sur la mort d’Alexandre?), P.Berol. 21258v = M.-P. 3 2195.01 (dits célèbres d’Alexandre ou le concernant), P.Oxy. XV 1798 = M.-P. 3 2195 (récits d’entreprises d’Alexandre), P.Laur. IV 138 = M.-P. 3 2201.01 (sujets de diatribe sur Alexandre).

Chaque papyrus est accompagné d’un apparat critique et d’une traduction si elle est possible. Dans le commentaire, L. Prandi est attentive à la disposition des fragments quand ils sont nombreux, à la bibliologie, à l’écriture, aux signes critiques, à l’accentuation, mais surtout au contenu. Il s’agit en effet d’identifier les personnages et les faits afin de voir s’ils se rapportent bien à Alexandre et, éventuellement, d’attribuer les fragments à un auteur ou à un genre littéraire. Dans ce dernier exercice, l’auteure fait preuve d’une grande et très louable prudence. Elle revient d’ailleurs sur le problème dans le bilan final.

Sauf le P.Oxy. IV 679 = M.-P.3 2198, perdu pendant la seconde guerre mondiale, les papyrus des deux volumes sont accompagnés d’une photographie de bonne qualité, mais parfois un peu petite quand le papyrus est de grande taille.

Les deux volumes méritent d’être accueillis avec attention par les éditeurs de Xénophon ou des fragments historiques, mais aussi par les historiens qui y trouveront de très nombreuses informations pleines d’intérêt.


Notes:


1.   http://promethee.philo.ulg.ac.be/cedopal/index.htm.

Comment on this review in the BMCR blog
Read Latest
Index for 2011
Change Greek Display
Archives
Books Available for Review
BMCR Home
Bryn Mawr Classical Commentaries

BMCR, Bryn Mawr College, 101 N. Merion Ave., Bryn Mawr, PA 19010
HTML generated at 04:00:45, Monday, 18 April 2011